Skip links

Il y a toutes sortes de types et de tailles de particules fines. Connaissez-vous les risques ?

Nous parlons quotidiennement des particules fines. Dans le journal télévisé et les programmes d’actualité, les particules fines sont régulièrement l’objet de discussion. On ne peut pas ouvrir un journal sans rencontrer des titres comme « LA QUANTITÉ DE PARTICULES FINES DANS LES CLASSES EST UN SOUCI » ou « LES PARTICULES FINES : UN DANGER MORTEL POUR LES TRAVAILLEURS ! »

Il y a toutes sortes de types et de tailles de particules fines, sur le lieu de travail aussi. Si vous et vos collèges, vous êtes exposés à la poussière et aux particules fines au travail, des mesures de protection ont sûrement été prises. Il est bon de savoir avec quelles substances on entre en contact et quels sont les risques à long terme.

Souvent, la poussière est visible à l’œil nu, mais une grande quantité est invisible, ou presque : les particules fines. L’air dans lequel on travaille contient de la poussière, composée de particules. Ces particules ont des tailles différentes. Par particules fines, on désigne les particules dont le diamètre maximal est de 10 µm, également appelé PM10. PM est l’abréviation de Particulate Matter et le nombre symbolise la taille maximale des particules de poussière, soit 10 micromètres (un millième de millimètre) dans ce cas. On est confronté à la poussière dans chaque espace industriel ou de production, qu’il s’agisse de particules fines, de poussière de bois, de poussière sèche ou de poussière composée de squames, de bactéries et de moisissures. En grandes lignes, cette pollution peut être répartie en trois tailles différentes : moins de 0,1 micromètre, inférieure à PM2,5 et inférieure à PM10.

Les particules fines, la poussière de bois et la poussière sèche dans les espaces industriels
Dans l’environnement de travail, les particules fines peuvent être présentes dans différentes formes. Le risque pour la santé varie en fonction du type de pollution de l’air et de la concentration des particules fines ou de la poussière sèche. Les personnes travaillant dans le bâtiment ou l’industrie du bois sont confrontées à la poussière de quartz. La poussière de quartz est émise lors des travaux telles que la sciure, le fraisage et le perçage. Le quartz figure sur la liste des substances cancérigènes. C’est pourquoi il existe des règles pour cette substance nocive. Vous trouverez plus d’informations à ce sujet dans les catalogues sur les conditions de travail (arbocatalogi) des autorités néerlandaises. Outre les conséquences à long terme, les particules fines dans les ateliers, espaces de production et espaces industriels, génèrent également des problèmes à court terme. Ainsi, il y a, par exemple, les nez qui coulent, les éternuements, la toux, l’essoufflement et les irritations oculaires. Les démangeaisons, les éruptions cutanées et l’eczéma aussi sont des problèmes fréquemment rencontrés dans un environnement de particules fines ou de poussière sèche.

Ce que l’on peut faire contre la poussière sèche et les particules fines
Si vous travaillez, par exemple, dans un espace industriel où il y a beaucoup d’émissions de particules fines, de poussière sèche ou de poussière grossière, votre sécurité doit être primordiale. Cela est possible à l’aide d’un aspirateur de poussière ou d’un épurateur d’air professionnel et d’équipements de protection individuelle adéquats. Puis, n’oubliez pas de vérifier s’il existe un catalogue des conditions de travail pour le secteur dans lequel vous travaillez. Il décrit les mesures contre les différents risques. Les particules fines, la poussière industrielle et la poussière sèche peuvent en faire partie. Veillez, en outre, à maintenir le lieu de travail aussi propre que possible et utilisez une aspiration à la source sur vos outils ou votre établi.

Veillez à pouvoir respirer librement et à connaître les conséquences du travail dans un air pollué et avec des substances dangereuses. Vous souhaitez en savoir plus ? Cela vous intéresse de bénéficier d’une mesure de l’air pour cartographier la pollution de l’air sur votre lieu de travail ? Il suffit de nous envoyer un e-mail!

Interactions du lecteur